M&G

Visual Agency

Le monde comme projet

Il y a des ouvrages qui nous délectent de belles paroles, qui nous font frissonner par une philosophie alléchante, ou qui nous offre des informations prêtent à l’emploi. “Le monde comme projet” ne fait pas parti de ceux là.

Il y a des ouvrages qui se posent comme une critique informelle, s’efforçant de démontrer toute l’absurdité d’un système que nous connaissons.  Et encore une fois, “Le monde comme projet” ne fait pas parti de ceux là.

C’est un peu un livre à lire sans but, à percevoir plus qu’à comprendre. Et surtout, un ensemble de donnés dont il faut trouver l’application. Ce qui en fait un parfait livre d’étude.

“Le monde comme projet” est une compilation de textes du graphiste et typographe allemand Otl Aicher, paru en 1992.

” Un graphiste c’est comme un écrivain ou un chanteur de rock”

Aicher c’est un peu l’anti-héro du design graphique. Il peux mettre à mal le sens même du mot “créatif”, en y trouvant beaucoup de satisfaction. C’est le genre de personne qui trouve un intérêt dans tout ce qui pourrait rebuter beaucoup d’autres, à savoir dans la plupart des cas : la réflexion, et la logique.

Il est né en 1922, à grandi durant la seconde guerre mondiale, s’est opposé au régime nazi en tentant entre autres de déserter l’armée à plusieurs reprises, pour finalement y parvenir et finir cette guerre caché en Allemagne. Tout ce que veux Otl Aicher c’est un monde plus humain, et on peux le comprendre. Nous pourrions croire aussi qu’après avoir traversé une guerre de cette façon, tout irais un peu mieux…

Tout de suite après des études de sculpture, il ouvre sa propre agence à Ulm, sa ville natale. Et 6 ans plus tard ouvre une école de design : la Hochschule für Gestaltung de Ulm (École supérieur des arts appliqués). Il fonde alors une solide étude au travers de différentes disciplines comme l’architecture, le graphisme, ou encore le design d’objet, ayant comme but de tirer une sonnette d’alarme sociale et politique. Aicher se voit en concepteur inquiet, et féroce opposant au post-modernisme. Il rappel l’importance de l’utile et du beau, et au combien ces deux concepts peuvent être opposés. Et par dessus tout il se révolte contre l’art pour l’art, utilisé “par le pouvoir pour se justifier et se sublimer à travers lui. La culture pour une grande part à toujours été un instrument de domination.”

14 ans après son ouverture, l’école d’Ulm est fermé par le gouvernement, jugée trop dangereuse…

“C’était sous une démocratie, une démocratie qui se veut comme représentative, une démocratie dirigiste. Sous nos yeux, l’Etat réduit à néant une culture critique et analytique et transforme la créativité en production de belles façades et beaux emballages. Le show doit être sans cesse plus chatoyant. »

Bref Otl Aicher est graphiste, et il travaille, il travaille sans cesse; auteur de l’identité visuelle des Jeux Olympiques de Munich, ainsi que de celle de la Lufthansa ou encore de Braun, fondateur de la fonderie Rotis et de la typographie du même nom, il établi un processus de travail et de recherche qui se veut analytique et quasi-scientifique, développant une approche singulière pour établir ce que l’on pourrait appeler un design complet et structurel.

Il commence à mener une lutte contre le symbole, contre la majuscule des noms commun et des noms propres. Car le graphisme n’est pas une façade, c’est un outil important, une brique ajoutée au monde.

Enfin, il est fascinant de voir à quel point cet ouvrage n’a pas vieilli, écrit dans les années 80, chaque thème développé fait toujours echo à notre quotidien et aux problèmes de notre époque.

Non rien, changé. Et nous pouvons toujours avoir le monde comme projet.

 

Ce livre n’était disponible uniquement en Allemand, jusqu’à la belle initiative des éditions B42, que nous souhaitons saluer.

Vous pouvez donc le trouver ici.

Je ne peux que conseiller à chaque graphiste ou même photographe de se pencher sérieusement dessus, et chaque école à en faire un livre incontournable. Je crois que nous en avons besoin. Après, c’est vous qui voyez.

 

Photographies : Jolan Berard et Edtitions B42
Share by


Your thoughts, please

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Powered by themekiller.com watchanimeonline.co